Fils de Dieu

Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme […] Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu

Jean 1:9, 12 NEG79

Mes amis, mes frères et sœurs, quelle merveille ! Nous pouvons devenir les enfants de Dieu à travers la lumière, Jésus Christ. Par Jésus Christ nous avons la puissance de Dieu pour devenir son enfant. Quoi d’autre voulons-nous dans cette vie ?

Photo by Heike Mintel on Unsplash

Entrez par la porte

Imagine cela. Un homme est à l’extérieur d’une maison. Il exprime son désire d’entrer dans cette maison. Aussitôt il commence à marcher vers le mur de la maison. Paf ! Arrivé à la maison, il cogne sa tête contre le mur. Il se retourne et déclare « je suis dans la maison. » « Il est fou, dit-on. Pourquoi n’a-t-il pas cherché la porte ? » En plus, il commence à agir comme s’il est vraiment entré dans la maison. Il s’assoie sur une « chaise », il se couche sur un « lit », il cherche un « livre » de la « bibliothèque ». « Insensé ! Vous dites. La porte est simplement de l’autre côté de la maison. Pourquoi n’a-t-il pas passé par là ? N’y a-t-il pas aussi des gens qui essaient d’entrer dans le royaume de Dieu sans passer par la seule porte ?

En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand.

Jésus leur dit encore: En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.

Jean 10.1,7

Thomas lui dit: Seigneur, nous ne savons où tu vas; comment pouvons-nous en savoir le chemin? Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

Jean 14.5-6

Jésus est la porte. Aucun homme qui se dit chrétien ne dirait le contraire. Mais, malheureusement, il y a beaucoup de diversité d’idées sur la façon de bien faire ce pas. Étudions Ésaïe 6. Je crois que cela va nous éclairer à ce sujet.

L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui; ils avaient chacun six ailes; deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler. Ils criaient l’un à l’autre, et disaient: Saint, saint, saint est l’Eternel des armées! toute la terre est pleine de sa gloire! Les portes furent ébranlées dans leurs fondements par la voix qui retentissait, et la maison se remplit de fumée.

Ésaïe 6.1-4

Comment est grande la gloire de Dieu ! Quoique l’être humain ne verra jamais toute la gloire de Dieu lors de notre séjour sur terre, nous pouvons le voir en partie à travers cette vision qu’eu le prophète Ésaïe. Nous le verrons aussi dans presque tous les récits de la Bible et dans la nature. Sans cette étape importante de regarder vers Dieu, sa gloire et sa justice, on ne peut pas continuer sur le chemin vers Jésus.

Alors je dis: Malheur à moi! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Éternel des armées.

Ésaïe 6.5

Reconnaître notre culpabilité devant Dieu est d’une importance primordiale sur ce chemin qui mène à cette porte, mais on ne peut pas inverser l’ordre de ces deux premiers pas, car sans la connaissance de la bonté, la justice, et la gloire de Dieu nous ne pouvons pas reconnaître comment nous sommes dépourvus de bonté et de justice. Dieu est la seule référence par lequel on peut se mesurer. Avec la compréhension de notre culpabilité vient la confession de nos péchés. « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. » 1 Jean 1.9 Notez bien qu’il est écrit « péchés », au pluriel. Il y a plusieurs gens qui demandent pardon pour leur péché à Dieu sans en énumérer. Il y a la guérison et le pardon quand je liste tous mes péchés devant Dieu, même ceux qui sont cachés dans les plus sombres recoins de mon cœur.

Mais l’un des séraphins vola vers moi, tenant à la main une pierre ardente, qu’il avait prise sur l’autel avec des pincettes. Il en toucha ma bouche, et dit: Ceci a touché tes lèvres; ton iniquité est enlevée, et ton péché est expié.

Ésaïe 6.6-7

Nous permettons ensuite à Dieu de nous purifier. Il accomplit cette œuvre par le sang de Jésus Christ. Notre part c’est seulement d’avoir foi en Lui, sachant qu’Il fait une œuvre parfaite. Nous ne pouvons rien pour l’aider, par contre Il ne peut rien si nous n’avons pas de la foi.

Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu

Jean 1.12

Cette purification fera peut-être très mal, comme a fait la pierre qui a touché les lèvres d’Ésaïe. C’est possible que Dieu va nous demander de se débarrasser de quelque chose ou quelque attitude dans notre vie qui est d’une valeur importante à notre coeur de péché.

8 J’entendis la voix du Seigneur, disant : Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous? Je répondis: Me voici, envoie-moi.

Ésaïe 6.8

Maintenant que Dieu nous a purifiés, écoutons le Saint Esprit. Il va, sans doute, nous demander de partager notre foi avec d’autres. Quelle serait notre réponse à son appel ? Jésus a recommandé à ses disciples d’ « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. » Jean 1.12 Il y a des dénominations et les chrétiens qui ont plus ou moins abandonné cette étape. Ils préfèrent « vivre et laisser vivre » parce que c’est plus facile pour leur chair. Mais la marque d’un chrétien c’est qu’il partage sa foi avec les autres. Il ne faut pas attendre longtemps ou même quelques semaines avant de répondre à cet appel. Dieu t’a embauché. Ne tarde pas à accomplir ses tâches.

Reconnaître la gloire et la justice de Dieu est en premier lieu. Avec la lumière de Dieu je peux voir mon propre péché et le lui confesser. Dieu me purifie ensuite et m’envoie son Saint Esprit. Avec son aide je commence mon travail pour Dieu dans son royaume. Il n’y a pas d’autre porte que celle-ci pour entrer dans le royaume de Dieu. Si nous avons bien suivi la démarche ci-haut, nous allons avoir le pouvoir de Dieu contre notre nature de péché. Par contre, si nous avons essayés d’entrer par un autre chemin, nous n’aurons pas ce pouvoir et notre vie ne sera pas abondante, comme Dieu le veut pour nous.

Chez le marmitier

La marmite est à la base de toute cuisine Togolaise. Dans l’ancien temps les gens préparaient leur pâte de sorgho dans les marmites faites avec de l’argile. Lors de la Première Guerre Mondiale, les allemands ont pris possession de cette partie d’Afrique que nous appelons le Togo. Ils ont amené avec eux des marmites en fonte de fer. Les femmes ont bien aimé ces belles marmites qui durèrent plus longtemps que celles d’argile. Mais de nos jours, les marmites sont plutôt fabriquées avec l’aluminium. L’aluminium est facilement disponible et de plus, il fond à une température beaucoup plus basse que le fer, ce qui rend la fabrication facile pour l’artisan.

Mon ami est un tel artisan. Je suis allé chez lui aujourd’hui pour suivre son travail. Il a un atelier plutôt crude, fabriqué à partir de briques de terre et d’un toit de paille. Ses outils ne sont pas très magnifiques. Quelques vieux cadres de bois et certains vieux outils complètent son arsenal.

Je ne vais pas perdre de temps à vous expliquer le mode de fabrication, car c’est bien détailler dans cet article. https://journals.openedition.org/tc/4598 . Il suffit d’aller au 13e paragraphe et vous pouvez suivre la fabrication exactement comme je l’ai vue.

C’est un travail qui exige beaucoup de patience. Il a un original à partir de lequel il confection son moule. Un faux movement lors de cette étape gâchera sûrement le travail. Le sable que mon ami utilise pour ses moules provient des termitières parce que le travail des termites a éliminé tout caillou. La quantité d’eau et d’autres composants dans le sable sont aussi très importants pour un travail réussi. Une fois le moule fait, il faut vérifier qu’il resemble à l’original et le retoucher si nécessaire.

Mon ami appelle son travail un métier de récupération. Il n’achète pas son matériel. Des canettes vides, des pièces d’auto rejetées et des anciennes cuvettes lui fournissent tout ce dont il a besoin. Mais il faut porter attention à quel aluminium utiliser. Les carburateurs des gros camions sont fabriqués avec un aluminium trop dur pour ce travail. En revanche, si le marmitier n’utilise que les anciennes cuvettes, ses marmites seront faciles à plier. Il vaut mieux mettre un bon mélange de tout. Parfois il se demande si le matériel qu’il a trouvé est vraiment de l’aluminium. Il le mettre alors au feu et le feu décidera.

Ma visite chez le marmitier m’a fait penser à la vie. Tout comme lui, on doit d’abord avoir de la patience pour une vie réussie. Pour nous aussi, il faut confectionner un moule dans lequel notre vie est coulée ou formée. Notre original n’est autre que Jésus Christ et la Parole. On vérifie ensuite si le moule est semblable à l’original. Le chrétien doit revenir souvent à la Parole pour voir si sa vie lui est conforme.

La qualité du travail de mon ami ne dépend pas d’outils magnifiques. C’est vrai que nous avons besoin des outils. Mais, nous perdons beaucoup de temps en disant : « si seulement j’aurais telle ou telle chose, je pourrais avoir une meilleure vie. » Dieu nous aide a travailler avec les outils que nous avons. Et, enfin, la vie est comme une sorte de récupération. Dieu prends les déchets d’une vie et le transforme en une vie parfaite et brillante.


1 Corinthiens 3,12-15 Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée; 13 car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. 14 Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. 15 Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu.

Vous êtes morts

Colossiens 3.3 Car vous êtes morts et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. 

Qui a entendu une chose pareille? Si on meurt, on vit? C’est contre notre raisonnement humain. Mais nous le voyons dans la nature comme Jésus nous l’enseigne.

Jean 12.24 En vérité, en vérité, je vous le dis: Si le grain de froment ne meurt, après qu’on l’a jeté dans la terre, il demeure seul; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.

Pourquoi cherchons nous à faire « une vie » pour nous-même? Jésus nous dit encore :


Luc 17.33 Quiconque cherchera à sauver sa vie la perdra; et quiconque l’aura perdue la retrouvera.

Ceci est parce que Jésus est venu pour être la vie pour nous. Et s’il est notre vie, que faire avec la vie que j’ai présentement et que je crois est pour moi? Il faut que cette vie meurt pour que la nouvelle vie puisse recommencer. Je devrais ammener cette vie à la croix de Christ et la faire mourir là.

C’est vrai, je suis mort, mais qu’est-ce qui est merveilleux c’est que la vie que je vie est maintenant la vie de Jésus. Il ne reste plus de « moi » dans ce que je fais.

Jean 3.16 Car Dieu a tellement aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.