Gardiens

Voilà un article inspirant tiré de la revue Messenger of Truth (Le Héraut de la verité) que notre église publie chaque quinzaine.

Je lisais récemment un article intitulé « Être un prédicateur et gardien ». Quelle est la responsabilité d’un gardien ? Pour être gardien, il faut quelqu’un qui est vigilant et attentif aux choses qui peuvent détruire. Il n’aura pas de temps pour se reposer ou se détendre. Un gardien donnera l’exemple et voudra le meilleur pour ceux qu’il dirige. Nous attendons tous cela des dirigeants, mais quelle est ma responsabilité en tant que membre laïque ? Que faisons-nous en tant que gardiens pour aider à maintenir la pureté de l’Église ?

L’Église est l’épouse de Christ, et nous sommes redevables envers elle afin que nos vies restent pures et sans tache. « Pour faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable. » (Eph. 5.27). Si l’Église n’est pas maintenue pure, comment peut-elle être attrayante? Il n’y aurait aucune sécurité et, surtout, pas d’amour. Les dévotions personnelles, la méditation des écritures, et une relation avec notre famille d’église sont nécessaires pour nous aider à nous maintenir purs. Ce que nous faisons pendant notre temps libre, que ce soit notre lecture, nos pensées, etc. en dit long sur notre relation personnelle avec Dieu. Si je ne passe pas du temps à lire et à étudier la Bible, Satan a un moyen facile pour amener des choses ou des pensées afin de décourager, perturber et souiller ma vie chrétienne. Nous devons alors nous repentir et demander à Dieu son pardon ainsi que nous priver de ces attitudes ou des esprits qui se sont interposés entre Dieu et nous.

Si je n’ai pas d’amour pour quelqu’un parce que j’ai l’impression qu’il m’a fait du tort, ou si j’ai un esprit offensé, alors Satan a un moyen de diviser et de faire tomber les murs, et la pureté est compromise. Quelqu’un a dit : « Si vous avez des sentiments offensés envers quelqu’un, priez pour lui, priez sincèrement pour lui et pour ses besoins, et vous verrez qu’il est difficile de garder ces sentiments d’offense ».

Tout en aidant à maintenir la pureté de l’Église, nous devons établir une relation de confiance afin d’aider ceux dans le besoin. Nous devons apprendre à les connaître au quotidien, à marcher là où ils marchent, à écouter leurs luttes et leurs épreuves sans nous faire d’opinion et sans devenir critiques. Cela instaurera la confiance et nous permettra de rendre des visites personnelles approfondies où nous pourrons partager nos épreuves et nos victoires. C’est facile de partager mon cœur avec ceux qui m’ont aimé au point de se montrer soucieux à mon égard. Alors, c’est à moi de remplir cette place et être à l’écoute de celui qui lutte. À genoux, nous avons promis d’aider ou de réprimander notre frère ou notre sœur lorsque nous le verrons trompés. « Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. Mais, s’il ne t’écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l’affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à l’Église ; et s’il refuse aussi d’écouter l’Église, qu’il soit pour toi comme un païen et un publicain. » (Mt. 18.15-17). Oh, que nous puissions être attentifs à l’esprit et suivre avec obéissance là où Dieu nous conduirait. Ne soyons pas comme Caïn qui demanda: « Suis-je le gardien de mon frère ? » (Gen. 4:9).

Dans quelle mesure devrions-nous nous impliquer auprès de ceux avec qui nous avons une bonne interaction mais qui ne sont pas convertis ? Il est important que nous démontrions et partagions l’amour de Dieu, mais abstenons-nous de prendre certaines de leurs habitudes ou croyances. La Bible nous avertit : « Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? » (2 Cor. 6.14). « Et ne communiquez point aux œuvres infructueuses des ténèbres ; mais au contraire reprenez-les. » (Eph. 5.11 David Martin).

L’orgueil, l’envie, la désobéissance, la mauvaise volonté et d’autres attitudes ou péchés ne devraient pas se trouver dans le royaume de Dieu. Nous devons confesser nos fautes à notre Père céleste et à ceux à qui nous avons fait du tort. Parfois, cela nous semblera une grande montagne, mais Dieu a promis qu’il se tiendra toujours à nos côtés si nous lui faisons confiance. Il connaît nos talents et nos capacités et ne nous demandera pas plus que ce que nous pouvons supporter. Lorsque notre chemin sera ouvert devant Dieu et nos semblables, nous jouirons d’une vie chrétienne heureuse.

Que Dieu nous accorde la grâce et la force de nous prémunir contre les maux du jour, de suivre la voie chrétienne et de vivre en paix avec les autres. Nous devons être de véritables gardiens et faire le peu qui est pour nous à faire pour garder l’Église pure et sans tache. Je tremble de peur devant cette responsabilité, mais par la foi, je tiendrai fermement sa main et je resterai fidèle. Alors, comme l’apôtre Paul, nous pourrons dire : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais, la couronne de justice m’est réservée ; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. » (2 Tim. 4.7-8). Un verset d’un cantique dit : « Cher Sauveur ! lorsque devant la barre, toutes les tribus et les langues se seront rassemblées, je serai parmi les élus, et je serai parfait en toi ».

C’est mon église. C’est ton église. Notre Église sera aussi forte que les membres qui la composent. Notre charge ou notre responsabilité a des conséquences éternelles. Travaillons ensemble dans l’amour et l’unité pour garder l’épouse du Christ immaculée jusqu’au bout, afin d’obtenir la vie éternelle.

–John Koehn, Youngtown, Arizona

Que ton plaisir se trouve en L’Éternel

Je suis au Togo avec ma famille en tant que missionnaire de l’Évangile, depuis déjà deux ans. Auparavant, j’étais impliqué dans le domaine de la construction. C’est le métier de mon père aussi. Il m’apprit beaucoup dans ce métier et j’en tirai du plaisir. Ce que j’aimais le plus c’est l’architecture — la conception et dessins des plans de maison.

Nous avons entendu l’appel du Seigneur. Il nous a appelés à venir dans ce pays dans le but d’élever son fils, Jésus Christ, comme une lumière. Donc, mon travail n’est plus le même qu’avant. Au début de notre séjour au Togo ce n’était pas difficile parce que tout était nouveau et il y avait tellement de choses à faire. Maintenant, le temps a filé et nous sommes habitués à cette œuvre. Dans les dernières semaines mes pensées se sont tournées souvent vers mon ancien travail et comment j’aimerais m’asseoir devant mon ordinateur pour concevoir le plan d’une nouvelle maison. Mais le travail que Dieu me donne maintenant n’est pas cela. Je dois, donc, me contenter de ce qui est pour moi à faire. Comme le dit l’apôtre Paul :

Ce n’est pas en vue de mes besoins que je dis cela, car j’ai appris à être content dans l’état où je me trouve.

Philippiens 4.11

13 Si tu retiens ton pied pendant le sabbat, Pour ne pas faire ta volonté en mon saint jour, Si tu fais du sabbat tes délices, Pour sanctifier l’Eternel en le glorifiant, Et si tu l’honores en ne suivant point tes voies, En ne te livrant pas à tes penchants et à de vains discours, 14 Alors tu mettras ton plaisir en l’Eternel, Et je te ferai monter sur les hauteurs du pays, Je te ferai jouir de l’héritage de Jacob, ton père; Car la bouche de l’Eternel a parlé.

Ésaïe 58.13, 14

Dieu est le maître-architecte. Il nous a donné le plan final et détaillé (la Parole) pour son église sur la terre. Désormais, je me réjouirai du plan et de la construction de cette église.

Chantons ensemble

Quel type de frère est-il, celui-là ? Il ne porte pas le même style de vêtements que moi je porte. Sa barbe n’est pas comme la mienne. Ses cheveux sont même un peu longs. Est-il vraiment un frère courageux ou est-ce qu’il se tourne vers le monde ? Toutes ces pensées et plus passaient par ma tête tandis que je prenais place dans l’église. Je sais, c’était le tentateur qui voulait me distraire de l’adoration qui allait commencer.

Image par Ben White sur Unsplash.com

Mais le Saint esprit était là aussi. Dès le premier cantique, j’entendis la basse mélodieuse de cet étranger. Nos cœurs étaient tissés ensemble par l’harmonie. (Nous chantons toujours a cappella dans nos réunions d’adoration) Lui, il chantait le même cantique que moi. Nous étions unis dans l’amour par le cantique. Chanter en groupe avec nos voix est un don de Dieu qui ne fait que nous rapprocher les uns des autres.

Il n’y avait pas d’instruments pour nous distraire. Il me semble que les instruments de musique ont enlevé quelque chose d’important de nos adorations. Les instruments ne sont pas capable de prononcer les paroles. L’emphase est ainsi portée sur la musique et ses nuances. Dieu a créé nos voix pour être parfaitement équilibrées. Les paroles et la musique sortent avec égalité et nous pouvons ainsi réfléchir plus sur le message du cantique. De plus, chanter en tant qu’assemblée et non seulement écouter une chorale ou un groupe de musiciens est un atout, car c’est ainsi que nos cœurs sont liés par l’amour. Tu dit que tu ne sais pas chanter ? Le but de chanter n’est pas de faire un son excellent selon l’oreille de l’homme, mais d’offrir ses louanges à Dieu. Quand tu penses ainsi, ce n’est pas seulement ceux qui chantent bien qui doivent chanter, mais toute personne qui veut louer Dieu. Ça veut dire toi, n’est-ce pas ?

Essaies-le une fois. Assois-toi près de quelqu’un que tu as la misère à aimer. Chantes un cantique avec lui. Ton amour envers lui sera amélioré. C’est difficile de haïr celui avec qui tu chantes.

Que la parole de Christ demeure en vous dans toute sa richesse; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres en toute sagesse, par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos cœurs en vertu de la grâce.

Colossiens 3:16 NEG79